• La CGT des retraités multipro a adopté une motion, hier

    Les militants se mobiliseront le 30 mars Les retraités CGT multipro seront à nouveau dans la rue en 2017. « La revalorisation de 2015 n'était qu'une aumône ! », martèle Roger Ménigot, secrétaire de l'union locale CGT des retraités multiprofessionnels. « Elle n'était que de 0,1 %, soit environ 1 euro par jour. Tout juste de quoi acheter une baguette de pain… » Face au gel du montant des pensions, en 2016, les adhérents ne cachent pas leur indignation.


    1 commentaire
  • Une intersyndicale contre la fermeture des serres

    Cette fois, c'est une intersyndicale qui a manifesté devant la salle Madeleine-Sologne avant les vœux du personnel communal, ce vendredi 6 janvier au soir,  afin de dire "Non à la fermeture des serres municipales". Nicolas Sansu propose "d'en appeler directement aux Vierzonnais pour que le débat soit tranché".

    Deux premiers rassemblements avaient déjà eu lieu. Le premier, devant la mairie, avant le conseil municipal du 12 décembre. Le deuxième, devant la salle Madeleine-Sologne jeudi 5 janvier, avant les voeux de la ville aux habitants. 

    Cette fois, la CGT est accompagnée de la CFDT et de l'Unsa pour dire "non à la fermeture des serres municipales en septembre 2017". 

    "On fait plus de 30.000 plants par an, 20.000 bisannuels, 2.300 chrysanthèmes... Mais aussi des visites pédagogiques avec les classes, des ateliers avec les maisons de retraites..." souhaite décrire Branlio Romera, responsable production aux espaces verts. "Ce lien à la population qui est apprécié, on ne peut pas le chiffrer", complète Yann Journé, pour la CGT. " Des économies, on en a déjà fait beaucoup ces dernières années".

    "La marge monétaire est très étroite. Mais le service public est encore la dernière porte qu'on peut pousser. Il faut trouver ensemble d'autres solutions", propose Sylvie Bourdin-Bérréhouc, pour la CFDT. Sur le tract qu'elle distribue, sont évoqués "les retraités non remplacés". Elle craint un plan social général.

    L'intersyndicale s'est formée après l'entretien téléphonique dans l'après-midi entre Yann Journé et Nicolas Sansu, le maire, qui n'a débouché sur aucune entente.

    Nicolas Sansu a modifié son discours des voeux à la dernière minute afin de répondre publiquement aux agents: "Puisque un certain nombre de crispations semblent se faire jour, outre les rencontres que nous avons avec les organisations syndicales et les agents de chaque service, peut-être faudra t-il en appeler plus directement aux Vierzonnais pour que le débat soit tranché en toute transparence sur l'alternative entre les conditions de la mise en place du service public et le niveau des impôts, car il n'y a pas trente-six solutions."


    1 commentaire
  • Les salariés des serres municipales ont distribué des tracts devant la salle Sologne

    Les agents mobilisés contre une fermeture annoncée La CGT a appelé à un rassemblement devant la salle Madeleine-Sologne, où se déroulait, hier soir, la cérémonie des vœux du maire. « Non à la fermeture des serres municipales », pouvait-on lire sur les tracts

    La mobilisation de lundi révèle un profond malaise

    Les salariés des serres municipales ont distribué des tracts devant la salle Sologne

    Les agents communaux s’opposent à la fermeture de certains services pour réaliser des économies. Retour sur un épisode confus.

    Un conflit social inédit à la mairie a débouché sur un rassemblement de deux cent cinquante personnes et un mouvement de grève lundi dernier, qui a concerné des agents communaux, au-delà du cercle des militants et syndicalistes, CGT en tête.

    Lettre aux adhérents du PCF du Cher

    La question est désormais posée de savoir pourquoi ce conflit s'est fait jour au sein de la municipalité de gauche, à majorité communiste. Le malaise politique est tel que les élus municipaux communistes ont adressé une lettre aux adhérents du PCF du Cher, mercredi.

    1 Les origines du conflit.  L'appel au rassemblement de lundi 16 janvier a été lancé par l'association Pattounes du cœur le 10 janvier. Le lendemain, la CGT des fonctionnaires et personnels territoriaux avait déposé un préavis de grève pour lundi 16, invitant les agents et les Vierzonnais à se joindre à ce rassemblement devant la mairie. L'objectif était de s'opposer à la fermeture du refuge et des serres. Ce sont en effet les deux services municipaux dont l'existence a été remise en cause par la municipalité, selon les syndicats (CGT, CFDT et UNSA). Ces derniers avaient déjà manifesté leurs craintes lors des vœux au personnel communal, le 6 janvier, comme l'avait fait déjà la CGT seule, lors des vœux du maire, la veille.

    2 Les positions. Pourtant, la fermeture du refuge a été démentie par l'adjointe aux services publics, Jill Gaucher, dès le 29 décembre. Elle indiquant toutefois dans nos colonnes que la municipalité se demandait « comment faire des économies ». Le député-maire PC, Nicolas Sansu, a également démenti les deux fermetures (refuge et serres) par voie de communiqué diffusé le 13 janvier. Il concluait avec ces mots : « Stop aux rumeurs et mensonges ! »

    Ces propos ont, semble-t-il, provoqué la colère de certains agents. En s'exprimant publiquement lundi, Yann Journé, représentant CGT, a même évoqué des « menaces contre un représentant syndical dans l'exercice de son mandat ». Interrogé à ces sujets, Nicolas Sansu n'a pas souhaité apporter de commentaires.

     

    « Pas d'autre alternative
    que de poursuivre dans
    les économies »

    3 Les causes. Des élus et des employés admettent « des maladresses dans la communication ». Selon un syndicaliste, l'annonce de la fermeture des services serait survenue « dans un couloir », de manière officieuse. D'autres évoquent « un conflit de personnes ». Dans leur lettre aux adhérents du PCF, les élus municipaux communistes estiment que « la responsabilité du gouvernement a été édulcorée par les responsables de cette action ». Les crispations au sein des services municipaux remontent à 2013, au début des baisses des dotations de l'État, la ville ayant perdu « 2,1 millions d'euros en trois ans », selon les chiffres communiqués. Suppressions de poste d'encadrement, non-remplacements de départs à la retraite… sont des mesures déjà prises.

    4 Et maintenant ? Pour faire face au manque de « 1,3 million d'euros pour boucler le budget 2017, nous n'avons pas d'autre alternative que de poursuivre dans les économies et réorganisations de services, écrivent les élus de la majorité. Ou alors d'augmenter la part communale des impôts locaux de plus de 10 %, ce que nous refusons d'imposer aux Vierzonnais. »

    Les arbitrages sont en cours au sein de la majorité qui veut « tout remettre à plat, pôle par pôle », a indiqué Karine Chêne, adjointe chargée du personnel communal, lundi soir. L'enjeu pour la ville est de réussir à boucler son budget avant le débat d'orientations budgétaires, le 9 février, au conseil municipal. Le transfert de certains services vers l'intercommunalité pourrait être une des pistes envisagées. Sans, pour autant, qu'une telle mesure signifie la pérennité des services.


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires