•  Intitulé « Une économie au service des 1 % », ce rapport montre que le patrimoine de la moitié la plus pauvre de la population mondiale s’est réduit de mille milliards de dollars depuis 2010. Cette baisse de 41 % s’est produite alors même que la population mondiale augmentait de 400 millions de personnes. Dans le même temps, le patrimoine des 62 premières fortunes mondiales a augmenté de plus de 500 milliards de dollars pour atteindre un total de 1 760 milliards. Le rapport montre également que les inégalités frappent les femmes de manière disproportionnée, avec seulement neuf femmes contre 53 hommes parmi ces grandes fortunes.

    Les dirigeant-e-s du monde parlent de plus en plus de la nécessité de lutter contre les inégalités et, en septembre dernier, ils se sont fixé l’objectif de les réduire. Pourtant, l’écart entre la frange la plus riche et le reste de la population s’est creusé de façon spectaculaire au cours des douze derniers mois. À la veille de la rencontre de Davos de l’an dernier, Oxfam avait prédit que les 1 % posséderaient plus que le reste du monde en 2016. Cette prédiction s’est en fait réalisée dès 2015 : un an plus tôt.

    Oxfam réclame des mesures urgentes pour faire face à la crise des inégalités extrêmes, qui menace de faire reculer les progrès accomplis dans la lutte contre la pauvreté au cours de ce dernier quart de siècle. En priorité, l’ONG appelle à mettre fin à l’ère des paradis fiscaux, qui a vu de plus en plus d’entreprises et de particuliers recourir aux centres offshore afin d’éviter de verser leur juste contribution à la société. Cette pratique prive les États de précieuses ressources nécessaires pour lutter contre la pauvreté et les inégalités.

    Winnie Byanyima, directrice générale d’Oxfam International, qui assistera de nouveau à la rencontre de Davos, après l’avoir co-présidée l’an dernier, déclare : « Il est tout simplement inacceptable que la moitié la plus pauvre de la population mondiale ne possède pas plus que quelques dizaines de personnes extrêmement fortunées.

    « Les dirigeant-e-s du monde s’inquiètent de l’aggravation de la crise des inégalités sans pour autant prendre des mesures concrètes. Le monde est devenu beaucoup plus inégalitaire et la tendance s’accélère. Nous ne pouvons pas continuer à laisser des centaines de millions de personnes souffrir de la faim, alors que les ressources qui pourraient les aider sont amassées par quelques personnes en haut de l’échelle.

    « J’exhorte les gouvernements, les entreprises et les élites réunies à Davos à contribuer à mettre fin à l’ère des paradis fiscaux, lesquels alimentent les inégalités économiques et empêchent des centaines de millions de personnes de sortir la pauvreté. Les multinationales et les grandes fortunes ne suivent pas les mêmes règles que l’ensemble de la population, refusant de payer les impôts dont la société a besoin pour fonctionner. Le fait que 118 grandes entreprises sur 201 soient présentes dans au moins un paradis fiscal montre qu’il est temps d’agir. »

    En 2015, les pays du G20 ont décidé de mettre un frein à l’évasion fiscale des multinationales dans le cadre de l’accord BEPS, mais ces mesures ne vont guère aider les pays les plus pauvres et c’est à peine si elles tiennent compte des problèmes posés par les paradis fiscaux.

    On estime que 7 600 milliards de dollars de capitaux privés sont détenus sur des comptes offshore, ce qui représente un douzième de la richesse mondiale. Si des impôts étaient payés sur les revenus générés par ces avoirs, les États disposeraient de 190 milliards de dollars de plus par an.

    Selon les estimations, 30 % des avoirs financiers africains seraient placés sur des comptes offshore, ce qui représente un manque à gagner fiscal de 14 milliards de dollars par an pour le continent. Cette somme suffirait à couvrir les soins de santé maternelle et infantile qui pourraient sauver 4 millions d’enfants par an. Elle permettrait également d’employer suffisamment d’enseignant-e-s pour scolariser tous les enfants africains.

    Neuf entreprises partenaires du Forum économique mondial sur dix sont présentes dans au moins un paradis fiscal, alors que l’évasion fiscale des multinationales coûterait au moins 100 milliards de dollars par an aux pays en développement. Les investissements privés dans les paradis fiscaux ont pratiquement quadruplé entre 2000 et 2014.

    Si les dirigeant-e-s du monde souhaitent vraiment atteindre l’objectif d’éliminer l’extrême pauvreté d’ici à 2030, qu’ils se sont fixé en septembre dernier, il sera essentiel de permettre aux États de percevoir les impôts qui leur sont dus par les entreprises et les grandes fortunes.

    Bien que le nombre de personnes vivant dans l’extrême pauvreté ait diminué de moitié entre 1990 et 2010, le revenu annuel moyen des 10 % les plus pauvres a augmenté de moins de 3 dollars par an au cours de ce dernier quart de siècle. Pour chacune de ces personnes, cela revient à une augmentation de son revenu quotidien de moins d’un cent par an.

    Si les inégalités ne s’étaient pas aggravées au sein des pays entre 1990 et 2010, 200 millions de personnes supplémentaires auraient pu sortir de la pauvreté.

    La montée des inégalités s’explique également par une autre des grandes tendances mises en lumière dans le rapport d’Oxfam : la réduction de la part du revenu national revenant aux travailleuses et travailleurs dans quasiment tous les pays développés et la plupart des pays en développement et le fossé grandissant entre les hauts et les bas salaires. Les femmes représentent la majorité des bas salaires à travers le monde.

    En revanche, les personnes déjà fortunées ont bénéficié d’un taux de rendement du capital (intérêts, dividendes, etc.) constamment plus élevé que le taux de croissance économique. Cet avantage a été accentué par le recours aux paradis fiscaux. C’est là probablement l’exemple le plus frappant que donne le rapport de la façon dont les règles du jeu économique ont été remaniées pour excessivement développer la capacité des riches et des puissant-e-s à asseoir leur richesse.

    Oxfam réclame des mesures de lutte contre les paradis fiscaux dans le cadre d’une attaque des inégalités sur trois fronts. Les mesures visant à récupérer les milliards de dollars escamotés dans les paradis fiscaux devront s’accompagner d’un engagement, de la part des gouvernements, d’investir dans la santé, les écoles et les autres services publics essentiels qui font une si grande différence dans la vie des plus démuni-e-s.

    Les gouvernements doivent également prendre les mesures nécessaires pour garantir que le travail rémunère équitablement les travailleuses et travailleurs à tous les échelons, ce qui implique notamment de faire évoluer le salaire minimum vers un salaire décent et de réduire l’écart salarial entre les femmes et les hommes.

    « Les plus riches ne peuvent plus prétendre que leur fortune bénéficie à la société. En fait, leur extrême richesse est symptomatique d’une économie mondiale malade. La récente explosion des grandes fortunes s’est faite au détriment du plus grand nombre, en particulier des personnes les plus pauvres. »

    Oxfam assistera au Forum de Davos non seulement dans le cadre de sa campagne contre les inégalités, mais aussi pour inciter la communauté internationale et les dirigeant-e-s d’entreprise à lutter contre le changement climatique et à apporter des solutions aux crises humanitaires, notamment en Syrie. 

    Notes aux rédactions

    Nombre de personnes dont le patrimoine correspond à celui de la moitié la plus pauvre de la population mondiale depuis 2010 :

    2010

    388

    2011

    177

    2012

    159

    2013

    92

    2014

    80

    2015

    62

     

    Source de l’évaluation du patrimoine des 1 %, 50 % et 99 % : Credit Suisse Global Wealth Datebook (2013 et 2014) https://www.credit-suisse.com/uk/en/news-and-expertise/research/credit-suisse-research-institute/publications.html

    Le patrimoine des 62 personnes les plus riches a été calculé sur la base de la liste des milliardaires établie par le magazine Forbes http://www.forbes.com/. Données annuelles tirées de la liste publiée en mars.

    Les calculs comprennent les richesses négatives (c.-à-d. les dettes). Pour vérifier la solidité de ses résultats, Oxfam a recalculé la part du patrimoine que représente le patrimoine détenu par les 1 % les plus riches hors richesses négatives. Les résultats n’ont pas changé de manière significative (passant de 50,1 % à 49,8 %). La richesse négative en tant que part du patrimoine total est restée constante dans le temps, de sorte que la tendance en matière de répartition des richesses ne s'en ressent pas.

    Source :  www.oxfam.org

     

    votre commentaire
  • Pétition adressée à François Hollande par la CGT Goodyear d'Amiens-Nord.

    Pour la première fois depuis un demi siècle un gouvernement a demandé que soit requis des peines de prison ferme contre des syndicalistes pour avoir participer avec les salariés à des actions en vue d’empêcher la fermeture de leur usine.

    En même temps qu’ils préparent la suppression dans quelques mois de plus 1000 articles du Code du travail, Hollande, Valls et Macron ont décidé de déclencher une répression sans précédent des syndicalistes qui luttent dans les entreprises.

    Avec les 8 condamnés de GOODYEAR l’exécutif veut faire un exemple.

    Le gouvernement affiche sa volonté de mettre les Procureurs et les forces de polices aux services des grands groupes pour briser toute résistance à la destruction des emplois et de l’industrie.

    Evidemment les militants de terrain en général et ceux de la CGT en particulier sont les plus touchés.

    C’est pourquoi nous en appelons à l’ensemble des salariés, aux militants, aux syndicats d’entreprises, unions locales, départementales, régionales, fédérations ou simples salariés solidaires, pour qu’ensemble nous fassions la démonstration de notre force.

    Nous pouvons être des millions à faire reculer Hollande, Valls et Macron en commençant par leur imposer l’arrêt des poursuites contre les 8 de GOODYEAR et en organisant le plus grand rassemblement solidaire en prévision de l'appel.

    Je signe l'appel Nous Sommes Tous Des Goodyear


    votre commentaire
  •  

    Le mardi 12 janvier 2016, le Tribunal d’Amiens vient de rendre son jugement concernant les 8 camarades « ex Goodyear » poursuivis par le Procureur de la République pour « séquestration ».
    24 mois de prison dont 9 mois fermes ! C’est un véritable scandale et une atteinte grave à la liberté de défendre ou conquérir des droits sociaux !

    Le gouvernement est plus apte à faire condamner des ouvriers, des syndicalistes CGT, qui n’ont comme seul reproche que d’avoir défendu leurs emplois pendant plus de 7 ans, alors que les patrons délinquants en col blanc qui bafouent le Code du Travail au quotidien, fraudent le fisc au travers de paradis fiscaux,  licencient en toute impunité, ne sont jamais inquiétés

    Les camarades qui ont défendu l’emploi pour éviter à des familles de sombrer (les divorces, les suicides, le chômage, les dépressions…comme l’ont vécu, les ex continental de Clairoix) se voient traiter comme des gangsters.

    L’union départementale CGT est indignée. Elle apporte tout son soutien fraternel aux 8 camarades et au syndicat CGT Goodyear dans cette terrible injustice qu’ils subissent.

    Rien ne peut justifier un tel acharnement, si ce n’est que de vouloir museler les salariés, en profitant d’un état d’urgence pour casser les acquis sociaux et le Code du Travail.

    L’Union départementale CGT de Paris se joindra à toutes les initiatives pour défendre les 8 camarades dans leurs libertés syndicales.

    Dans le même temps le jugement était rendu pour les 5 camarades d’énergie Paris et là, la justice aura été plus clémente, avec 3 relaxes et 2 condamnations à des amendes avec sursis. Même si ce n’est pas une victoire car nous visions une relaxe totale, cette décision est une avancée et la mobilisation autour des 5 camarades d’énergie aura permis une relaxe partielle.

    La mobilisation est plus que jamais d’actualité. L’UD CGT de Paris défendra systématiquement toutes les libertés syndicales.

    Il ne peut  y avoir de défense des droits conquis ni de nouvelles conquêtes sociales sans liberté syndicale

    Source: http://www.humanite.fr/goodyear-amiens-consternation-indignation-ud-cgt-595231


    votre commentaire

  • Pierre Laurent veut un « candidat de gauche... par publicsenat

     

    Pierre Laurent, secrétaire national du Parti communiste français, s’oppose frontalement à François Hollande. Invité ce jeudi matin de Territoires d’infos sur Public Sénat et Sud Radio, le sénateur de Paris s’est déclaré favorable à une candidature unitaire de la gauche de la gauche et des écologistes face au président de la République pour la présidentielle de 2017, qu’il accuse de ne plus mener une politique de gauche.

    « La ligne actuelle de François Hollande, et on le voit avec la déchéance de la nationalité, n’est pas une ligne de gauche. Je vais dépenser tous mes efforts pour que nous ayons un candidat de gauche, sur un projet de gauche, sur les valeurs de la gauche. Et aujourd’hui ce candidat ne peut pas être un candidat qui propose la déchéance de la nationalité, une loi Macron 2 et la casse du code du travail » prévient Pierre Laurent.

    « Il faut un candidat dans lequel se reconnaissent les socialises, les écologistes, les gens du Front de gauche, les communistes »

    Ce candidat peut-il être Jean-Luc Mélenchon ? « Ce n’est pas un problème de nom. Il faut un candidat dans lequel se reconnaissent les socialises, les écologistes, les gens du Front de gauche, les communistes, qui soit un véritable candidat de gauche. A l’heure qu’il est nous risquons d’aller à l’élection présidentielle sans candidat de gauche. Si on enferme le débat des Français dans une présidentielle où il y a Marine Le Pen, un candidat de droite et François Hollande, pour moi ça veut dire que la gauche n’est pas présente à cette élection » affirme le patron du PCF.

    A la question « donc François Hollande n’est pas un candidat de gauche ? », Pierre Laurent répond : « Le programme qu’il met en œuvre tous les jours n’est pas un programme de gauche. Il faut un candidat de gauche, sur un projet de gauche sur les valeurs de la gauche ».

    « Manuel Valls n’arrivera jamais à être un vrai premier ministre de la gauche »

    Interrogé sur la déchéance de la nationalité pour les binationaux condamnés pour terrorisme, il dénonce « une mauvaise mesure » « inefficace » et « dangereuse ». « Elle met le doigt dans un discours visant à mettre en cause le droit du sol » ajoute Pierre Laurent.

    « Pourquoi il y a un tel choc sur l’affaire de la déchéance ? Parce qu’on est à l’opposé de toutes les valeurs qui sont celles de la gauche. Quand vous entendez le premier ministre dire qu’il faut arrêter avec les grandes valeurs… J’ai dit il y a quelques temps que Manuel Valls n’arriverait jamais à être un vrai premier ministre de la gauche. Ça se confirme » souligne-t-il.

    Au sujet de la Corée du Nord, qui affirme avoir réussi un test nucléaire de bombe H, Pierre Laurent affirme que « le régime nord coréen n’a rien à voir, ni de près ni de loin, avec le communisme et l’idée communiste. (…) Ce pays est une dictature qui affame son peuple. (…) Arrêtez d’appeler ce régime communiste parce qu’il ne l’est pas. Dites haut et fort, comme je le dis, que c’est une insulte aux communistes de dire que le régime nord coréen a à voir avec ça ».

    Source : http://www.publicsenat.fr/


    votre commentaire
  •  Bourges : quel sera l'avenir de Nexter ?

    Nexter (ex Giat industrie) a signé, mi décembre, un rapprochement avec l’allemand KMW. Cette alliance permet de créer un géant européen de l’armement. Les deux entreprises comptent mettre en commun des synergies dans les cinq ans à venir. L'emploi va t-il trinquer ?

    Nexter emploie 900 personnes, réparties sur deux sites, à Bourges et à la Chapelle-St-Ursin. La CGT ne cache pas son inquiétude… synergies peut vouloir dire suppression des doublons

    A Bourges, Nexter fabrique des tubes de canon, à la Chapelle-St-Ursin, des munitionsLes bureaux d’études artillerie sont également à Bourges. François Lepain, représentant CGT au conseil d'administration de GIAT, craint que l’allemand KMW ne soit qu’un cheval de Troie, au profit d’un autre industriel allemand, beaucoup plus gros RheinMetall. 

    L’aéronautique européenne a su s’unir pour créer Airbus. Est-ce possible en matière de défense alors que les coûts des programmes explosent… La CGT a toujours combattu l’idée d’une intégration européenne de la défense. Nexter a déjà abandonné la fabrication du petit calibre. Une erreur pour François Lepain puisque cela conduit aujourd'hui, selon lui, l'armée française à abandonner l'un des meilleurs fusils au monde : le FAMAS, faute de munitions performantes.

    Un commercial vient d’être licencié chez Nexter à Bourges, prémices selon le syndicat des synergies mises en place au cours des 5 prochaines années avec les allemands.

    Source : www.francebleu.fr


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique