• CGT. Martinez fustige la loi Macron et demande une hausse des salaires

    Le nouveau numéro un de la CGT, Philippe Martinez, a dénoncé ce mardi le projet de loi Macron et ses mesures "cachées".

    Lors d'un rassemblement de la CGT commerce contre la loi Macron, place de la Madeleine à Paris, Philippe Martinez a plaidé pour une réduction du temps de travail et une hausse des salaires plutôt que ces choix de « régression sociale »

    « Dans la loi Macron, il y a toute une série de mesures qui sont cachées et qui vont impacter directement la vie des salariés, notamment la question du travail du dimanche », a dénoncé Philippe Martinez.

    « On ne nous fera pas croire que quand on n'a pas d'argent pour consommer du lundi au vendredi, on va consommer plus le samedi et le dimanche », a-t-il ajouté. 

    « Augmenter les salaires, ça c'est une bonne mesure »

    « Nous combattons la loi Macron et nous avons des propositions : s'ils veulent que les salariés consomment plus, il faut augmenter les salaires, ça c'est une bonne mesure », a dit Philippe Martinez, applaudi par la centaine de militants rassemblés sur la place, à proximité de l'Assemblée nationale où les députés débattent du projet de loi.

    Le numéro un de la CGT a estimé que les dernières révélations sur les pratiques de la banque HSBC pour favoriser l'évasion fiscale montraient bien qu'« il y a beaucoup d'argent qui est caché dans le monde »

    « Ce qui a été révélé autour de HSBC, c'est l'équivalent de la moitié de la dette de la Grèce, donc il y a de l'argent pour augmenter les salaires. Nous, on est pour une réduction du temps de travail à 32 heures (...) avec un vrai salaire », a-t-il martelé. 

    La CGT appelle à une journée nationale de mobilisation 

    « Le gouvernement devrait s'appuyer plus sur ces choix-là que sur des choix de régression sociale », a poursuivi Philippe Martinez, au côté de militants agitant des fumigènes et de ballons rouges ornés du slogan « Macron, c'est non »

    Selon le responsable CGT, « on essaye de nous faire croire » que la loi Macron « vise à la modernité », mais « c'est tout le contraire ». « La modernité, c'est travailler moins, gagner plus », a-t-il dit. 

    Il a appelé à poursuivre la mobilisation et rappelé que la CGT travaillait à une journée nationale interprofessionnelle « fin mars-début avril »

    Sur la réforme du dialogue social, alors que le Premier ministre Manuel Valls recevra les partenaires sociaux le 19 février pour décider des suites à donner après l'échec des négociations, il a indiqué que les syndicats essayaient de « travailler sur des propositions conjointes »

    Interrogé sur ce qui avait changé dans son quotidien depuis une semaine et son élection à la tête du premier syndicat du pays, il a répondu par une boutade « on me dit plus bonjour, peut-être ! »


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Franscico
    Samedi 21 Février 2015 à 10:22

    Quand est la prochaine journée de mobilisation? Aura t elle lieu à vierzon?

    2
    antony
    Samedi 21 Février 2015 à 16:18

    C prévu pour le jeudi 9 avril. Retiens cette date 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :