• Projet de Loi Macron : La CGT condamne le passage en force

    pour la CGT, au lieu de passer en force, le gouvernement ferait mieux d’entendre les salariés. Des alternatives aux politiques d’austérité existent.
    Devant le risque que le projet de loi Macron ne soit pas voté à l’Assemblée Nationale, le gouvernement a dégainé le 49-3, empêchant le vote. Après avoir choisi d’inscrire dans la loi les propositions du MEDEF sans concertation ni négociation avec les acteurs sociaux, le gouvernement passe à nouveau en force en contournant la représentation nationale. Encore un déni de démocratie ! Si la mobilisation des salariés a permis de faire reculer le gouvernement sur quelques points (secret des affaires, cabotage, et à la marge sur la justice prudhommale), la philosophie générale du projet de loi reste inchangée. Le projet de loi Macron est une loi réactionnaire donnant plus de liberté pour les patrons et moins de droits pour les salariés. Citons en particulier la réforme des licenciements économiques, du travail du dimanche et de la justice prudhommale. Les salariés perçoivent de plus en plus la nocivité de ce projet de loi et les reculs pour leurs droits. Ils l’ont notamment manifesté le 26 janvier et dans de nombreuses luttes en ce début d’année 2015. L’échec du gouvernement à faire voter un tel texte est une première victoire pour les salariés, que nous devons amplifier. Au lieu de passer en force, le gouvernement ferait mieux d’entendre les salariés. Des alternatives aux politiques d’austérité existent. Pour créer des emplois il faut agir pour une réindustrialisation de notre pays et le développement des services publics, pour une autre répartition des richesses, pour l’augmentation des salaires et des pensions. La CGT poursuit son processus d’action, dans l’unité la plus large possible, en développant et multipliant les luttes et met en perspective une journée nationale interprofessionnelle de mobilisation et de grève.
    Source: l'humanité.fr

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    1
    foucat patrick
    Vendredi 20 Février 2015 à 18:51

    leurs monde c'est le monde du capital ,nous sommes le capital ,la vache à lait c'est nous, que par la force


    nous les ferons plier, mais quelle force, l'unité oui ,très dificile dans ce monde individualiste.


    à nous de réfléchir pour aboutir à une lutte qui  pourrait nous sortir de ce merdier.


    un front uni serait pour ma part une grosse bataille de gagnée.


    je m'arrête ! trop de choses à dire...

    2
    alaskan
    Samedi 21 Février 2015 à 14:07

    honte a valls et hollande , hollande qui qualifiait:

    " le 49-3 est une brutalité, est un déni de démocratie, une manière de freiner ou d'empecher le débat parlementaire "

     et valls qui en 2008 proposait l'abrogation pure et simple de l'article 49-3 sauf pour les textes budgétaires :

    http://www.assemblee-nationale.fr/13/amendements/0820/082000501.asp

    une belle brochette d'enfoirés!!!!!!

    3
    afond
    Samedi 21 Février 2015 à 16:06

    D'accord avec alaskan et patrick

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :